Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme & Folklore / Histoire / Histoire de Pecq
Actions sur le document

Histoire de Pecq

Pecq est un village à la fois semi rural et urbain. Le réseau routier a fortement influencé la physionomie du village. La majeure partie de la population est concentrée le long de deux axes : la route provinciale et la nationale Tounai - Courtrai.

L'église Saint – Martin de Pecq est attestée dès 1108 par une bulle du pape Pascal II. Elle est classée et appartient pour l'essentiel au gothique tournaisien tardif des 15 ème et 16 ème siècles. Dans la partie inférieure du mur nord, il demeure un vestige de l'église romane primitive du 11 ème siècle.

En 1918, l'église a subit d'importants dégâts (destruction des toitures, charpentes et voûtes, détérioration de la tour et du collatéral Nord). Une importante restauration a été conduite en 1922 et 1923 par l'architecte Clerbaux. En 1940, l'édifice a subi des dommages légers et une restauration intérieure a été réalisée en 1950 – 1951.

Eléments du mobilier : vierge en bois sculpté et doré (18 ème siècle) ; Saint martin, bois doré (18 ème siècle) ; Saint martin à cheval (17 ème siècle) ; Calvaire gothique bois sculpté (2 ème moitié du 16 ème siècle) ; maître autel du 18 ème siècle ; lambris du Chœur style Louis XV (18 ème siècle) ; chaire de vérité style Louis XIV (18 ème siècle).

Le château de PECQ, propriété de Bernard de Pesch, est déjà signalé en 1134. La demeure a été incendiée en 1450 et fut reconstruite. Elle sera malheureusement endommagée lors de la révolution française.

Le château était un vaste ensemble entièrement ceinturé de douves. Actuellement, il ne subsiste de ce prestigieux ensemble que deux ailes de dépendances (remontant au 17 ème siècle) situées dans un grand parc agrémenté d‘étangs et ceinturé de larges douves alimentées par l'Escaut.

Au fond du parc, un ancien chenal d'embarquement du 17 ème siècle, relié jadis à l'Escaut constitue un élément fort rare. Celui-ci est bordé de murs de soutènement en moellons avec quais de part et d'autre et fermé à l'est par un mur en moellons et briques, avec deux escaliers de débarquement.

Dans une vaste propriété précédée d'une drève bordée de hêtres pourpre, on remarquera le château du Biez remontant à 1660 et restauré en 1886.